Hello, aujourd’hui je vais parler d’un sujet un peu tabou pour certaines femmes.
La stérilisation féminine.

Pour certaine le mot stérilisation fait penser aux chats que l’on opère pour ne plus avoir de bébés.

Et pourtant lors de la demande sur les documents ce mot et belle et bien écrit en gras en tête de page.
Pourquoi parler de ça? Tout simplement comme des milliers de femmes, les contraceptifs chimiques, implants, stérilets et autres ne fonctionne pas, me rende malade.
Lors de ma dernière grossesse j’ai su que bébé étant en siège elle naîtrait par césarienne, après une courte conversation et une rapide décision (prise avec mon époux) j’ai déclaré a ma gynécologue que je voulais qu’elle me ligature les trompes le Jour J.
Chose faite elle m’a donné le fameux document que monsieur et moi-même devions signer.
J’ai regardé les différentes méthodes sur internet et les effets indésirables.

Voici sur quoi je suis tombée :

La ligature des trompes : comment ça se passe ?

Le processus de contraception définitive commence par une consultation médicale durant laquelle la patiente exprime son souhait et ses raisons. Le gynécologue lui explique les détails de l’opération, les différentes techniques possibles, les suites postopératoires et les risques associés.

Pour qu’elle puisse faire son choix de manière éclairée, il lui présente aussi les alternatives existantes en matière de contraception. Elle reçoit un dossier complet qui l’aidera dans sa réflexion. En effet, un délai de 4 mois est obligatoire entre cette première entrevue et l’intervention médicale.

Si, après cette période, la patiente souhaite toujours une ligature des trompes, elle doit le confirmer par écrit pour entamer l’étape suivante. Il est important de signaler que seul son consentement est pris en compte, et non celui de son partenaire.

La ligature des trompes : deux méthodes

La première méthode consiste à empêcher le passage de l’ovule dans la trompe de manière immédiate.
Ceci peut être réalisé :

  • soit en sectionnant la trompe puis en la ligaturant,
  • soit par électrocoagulation,
  • soit en appliquant un clip.

Dans la majorité des cas, l’intervention se fait sous anesthésie générale.
On accède aux trompes par différentes techniques plus ou moins invasives :

Appelée également « laparoscopie », cœlioscopie est une technique chirurgicale mini-invasive de diagnostic et/ou d’intervention sur la cavité abdominale (1), de plus en plus utilisée sur(…)

« >coelioscopie (une petite incision dans le nombril qui permet d’introduire une mini caméra et des instruments)

  • une légère incision au niveau du haut du Pubis
  • Un des os de la partie avant du bassin, et par extension la zone correspondant à cette région située entre le bas ventre et les organes sexuels.

    « >pubis, ou au fond du vagin

  • ou encore lors d’une autre opération qui nécessite d’ouvrir l’abdomen.
  • La seconde technique de stérilisation féminine consiste à obstruer progressivement les trompes. C’est la méthode Essure : on insère un petit implant dans chaque trompe par les voies naturelles, au moyen d’un appareil appelé hystéroscope.

    Ceci va provoquer une fibrose de la zone et la boucher complètement après 3 mois. Le procédé ne nécessite pas d’incision chirurgicale ni d’anesthésie générale.
    Dans tous les cas, l’intervention a lieu dans un hôpital ou une clinique.

    Ligature des trompes : les suites de l’intervention

    Elles diffèrent selon la méthode utilisée. La patiente peut ressentir de petites douleurs dans l’abdomen, qui disparaissent à Terme

    Date présumée de la fin d’une grossesse et à laquelle doit se produire l’accouchement. La durée normale d’une grossesse est de 41 semaines d’aménorrhée. Toutefois, on parle de grossesse menée à(…)

    « >terme. Si elle a subi une anesthésie générale, la convalescence durera plus longtemps que dans le cas d’une stérilisation par Hystéroscopie